Abdel Saadi

Abdel Saadi

Vice-Président du Conseil Départemnental de Seine Saint-Denis

Il est né en France et est Français tout simplement : « Je revendique que je suis français issu de l’immigration et je suis fier de mes origines culturelles ». Cela lui permet un contact plus facile avec les habitants, c’est aussi ce qui l’encourage à lutter contre les discriminations.
 
12 ans, en tant que maire adjoint, il a mené un travail de proximité avec la population, toujours présent tout au long de l’année, il reçoit les habitants lors de ses permanences tous les jours : « Tout le travail de terrain que j’ai mené s’est vu dans une démarche d’accompagnement des habitants ».
 
Aujourd’hui, il est conseiller municipal de l’opposition à la ville de Bobigny et 7e vice-président (Front de gauche) en charge des Relations internationales et européennes et de la Coopération décentralisée : « Je découvre un tout nouveau secteur, celui de la coopération décentralisée, des partenariats engagés avec l’international autour de processus de formation. Par exemple, il existe déjà un projet très avancé avec la ville de Figuig au Maroc, avec qui nous avons tissé tout un programme sur les thématiques de l’environnement et de la gestion de l’eau. Après, je fais confiance au savoir-faire des personnels, je sais qu’il y a une réelle expérience des services du département de la Seine-Saint-Denis sur les pays partenaires. J’ai pour coutume de dire que la Seine-Saint-Denis est un département-monde et je vais encore pouvoir le vérifier à ce poste »
 
Il est un camarade de route du Parti Communiste, il partage avec toute la gauche les valeurs de paix, de solidarité et d’échange.
 
Il estime que les responsables d’associations, les syndicalistes, ceux qui paient des impôts, qui construisent le pays et s’investissent dans la vie de la commune, méritent d’être consultés lors des élections locales.
 
« Je parle du vivre ensemble. Je suis pour le droit de vote et d’éligibilité des étrangers à l’échelle locale comme à l’échelle nationale. Si j’avais une des propositions de loi à voter, ce serait celle en direction des violences faites aux femmes. Il s’agit de réfléchir avec les personnes concernées et les associations qui manquent encore de moyens financiers. Je constate que la première préoccupation de ces femmes est de pouvoir se loger. Si on fait avancer la cause des femmes c’est l’ensemble de la société qui évolue »

 

Participe à:

14 octobre
14/10/2016 - De 09:00 à 10:30
18